Les condamnations de l’Obs

A l’occasion du décès de Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, récemment rebaptisé L’obs, nous continuons notre tour des condamnations des grands médias, après celles du Parisien, du Monde, de Valeurs actuelles, de Mediapart, du Canard Enchaîné, de Libération, du Figaro et du Point.

Peter Handke

Le 4/12/2007 le Nouvel Observateur publiait un article pour relater sa condamnation : « Le Nouvel Observateur a été jugé coupable de diffamation envers le dramaturge autrichien Peter Handke, souvent critiqué pour ses positions pro-Milosevic, a-t-on appris mardi 4 décembre auprès du TGI.
Dans son édition datée du 6 avril 2006, le Nouvel Observateur avait publié un bref article intitulé « Peter Handke à Pozarevac ». La journaliste y relatait la présence, le 18 mars 2006, de Peter Handke aux obsèques de l’ex-président yougoslave Slobodan Milosevic.
Elle y écrivait notamment que Peter Handke s’était montré « fidèle au ‘Boucher des Balkans’ et à sa propre position révisionniste ». »

L’article était écrit par Ruth Valentini.

Le pilote Ledain

Un article du Monde indique : « La dix-septième chambre correctionnelle de la Seine, présidée par M. Bracquemond, a rendu samedi son jugement concernant l’article du Nouvel Observateur du 12 janvier dernier consacré à l’affaire Ben Barka, sous le titre « Ce que Figon ne dit pas », et qui mentionnait le vol prétendument mystérieux d’un appareil piloté le 30 octobre (lendemain de l’enlèvement du leader marocain) d’Orly à Brest par l’adjudant-chef Jacques Ledain, de la Protection civile, alors qu’il s’agissait en réalité d’un vol sanitaire très normal.
M. Claude Perdriel, directeur de l’hebdomadaire, et M. Claude Angeli, auteur de l’article, qui avaient comparu jeudi devant le tribunal, sont condamnés chacun à 1 000 francs d’amende pour diffamation envers un fonctionnaire, M. Ledain, qui obtient 10 000 francs de dommages-intérêts. »

Pierre Bourdieu

Le site Legalis indiquait : « Le Nouvel observateur condamné pour contrefaçon
Par jugement du 11 septembre 2002, le TGI de Paris a rappelé que la publication d’un manuscrit sans autorisation de son auteur et des ayants-droit constituait une atteinte à leur droit de divulgation et un acte de contrefaçon. Le Nouvel observateur avait publié dans son journal papier et sur son site Internet des extraits d’un manuscrit inédit et autobiographique du célèbre sociologue Pierre Bourdieu. Celui-ci avait communiqué son œuvre pour avis à un collaborateur du journal, mais l’avait assorti de la mention « ne pas faire circuler ». Le tribunal a ordonné la publication de la condamnation dans le Nouvel observateur, également dans trois autres journaux au choix des demandeurs, ainsi que la diffusion de l’intégralité de la décision sur le site du périodique. »

Dominique Strauss-Kahn

Dans un article de Causeur intitulé « DSK : Iacub et l’Obs condamnés » il est dit : « Que les amateurs de « littérature people » se rassurent : l’ouvrage sortira, mais assorti, sous peine d’une amende de 50 € par exemplaire, d’un encart « informant le lecteur de ce que le livre porte atteinte à la vie privée de Dominique Strauss-Kahn » (Rien à dire, c’est sobre). Par ailleurs, l‘Obs devra, dans les huit jours, publier « sur la moitié inférieure de sa couverture », le même texte (en gras noir sur fond blanc, sic), précédé du titre « LE NOUVEL OBSERVATEUR CONDAMNE A LA DEMANDE DE DOMINIQUE STRAUSS-KAHN ». Ainsi l’hebdo de la gauche intellectuelle aura-t-il l’air de ce qu’il est : un Voici des élites »

Audrey Jacques,  une jeune martiniquaise

Un article indiquait : « Le Nouvel Observateur a été condamné à verser des dommages et intérêts et à rembourser les frais de justice engagés par Audrey Jacques,  une jeune martiniquaise. Le montant est de près de 9 000 euros selon le jugement du tribunal de grande instance de Paris. La jeune femme avait déposé une plainte contre le journal parisien pour atteinte à son honneur auprès du parquet de Fort-de-France.
Rappel des faits : En février 2013, « le nouvel observateur » titre un article sur Volga Plage  « la putain » de Fort de France. L’article est accompagnée de la photo de la jeune femme, habitante du quartier Volga-Plage à Fort-de-France dont il est question dans l’article, un quartier dit « populaire ». . La jeune femme choquée, indignée avait estimé que c’est elle que le journal présentait comme une « putain » à la face du monde. Soutenue par tout son quartier, elle avait porté plainte contre l’hebdomadaire mars 2013. »

L’auteur de l’article incriminé est Marie Vaton.

Aude Lancelin

On apprenait dans un article de L’Express que : « L’Obs condamné à 90 000 euros pour le licenciement d’Aude Lancelin
Débarquée de l’hebdomadaire, l’ex-directrice de la rédaction réclamait la nullité de son licenciement aux prud’hommes. Le verdict est tombé ce 8 décembre. »

Diam’s

Le Nouvel Observateur publiait cet article pour informer sur sa condamnation : « Pour la première fois de son histoire, le Nouvel Observateur a été condamné, cette semaine, à publier un avis judiciaire barrant sa Une. A l’origine de cette condamnation, la chanteuse Diam’s qui a déposé plainte en référé devant le tribunal de Nanterre pour une atteinte à sa vie privée. Motif: le Nouvel Obs avait fait figurer son portrait sur sa couverture du 17 décembre 2009 consacrée aux musulmans de France. Que contenait ce dossier ? Un article de fond et un ensemble de témoignages de français musulmans soulignant, à l’instar de l’historien Benjamin Stora, que « l’Islam, c’est aussi la France ». Bref, rien dans ces pages ne se prêtait aux dérapages du « grand débat sur l’identité nationale ». Rien dans ces pages ne remettait en cause la liberté de conscience et de culte. Alors pourquoi Diam’s ? Parce que la chanteuse, personnalité visible et influente, nous a bel et bien paru intervenir dans le débat public. Parce que sa conversion amplement chroniquée (même si l’intéressée se refuse à tout commentaire), son rap engagé consacré à une jeune convertie voilée, ses apparitions sur scènes la tête strictement encapuchonnée nous semblaient, comme nous l’écrivions dans un encadré, « sortir de la sphère privée ». Et que son message, par son ambiguïté même, constituait un élément d’information et de compréhension que nous souhaitions porter à la connaissance de nos lecteurs. Le tribunal de Nanterre ne l’a pas entendu ainsi. Au détriment, nous semble-t-il, de la liberté d’expression et d’information.
Le Nouvel Observateur« 



Catégories :Claude Angeli, Claude Perdriel, Condamnation, Jean Daniel, Marcela Iacub, Marie Vaton, Ruth Valentini

1 réponse

Rétroliens

  1. La caste médiatique célèbre Jean Daniel qui vient de mourir – Fake News France
%d blogueurs aiment cette page :