Taha Bouhafs a appelé des militants à rappliquer aux Bouffes du Nord pour réserver un comité d'accueil à Emmanuel Macron ? Fake news !

Plusieurs médias annoncent cela ce soir, comme BFM TV par exemple :

Guillaume Bertrand : « Certains personnes disent avoir reconnu le président, dans la salle de théâtre des Bouffes du Nord. C’est l’un des spectateurs qui a posté la vidéo du président soi-disant de dos. Il l’a posté sur les réseaux sociaux, le message a été relayé […] invitant au rassemblement pour réserver un comité d’accueil au président de la République. »

Or le tweet de Taha Bouhafs date de 20h58 et n’appelle pas les militants à le rejoindre, il constate que des militants commencent déjà à se réunir :

Car 12 minutes auparavant un autre tweet était diffusé par d’autres personnes qui lui appelle les militants à se réunir devant le théâtre :

Le Parisien citait un des manifestants : « « On était à l’université Paris 7 pour une université populaire, quelqu’un a reçu un message indiquant que Macron était là, donc on est venus pour montrer qu’on est présents, qu’il y a une contestation contre la réforme des retraites mais pas seulement », a expliqué à l’AFP Arthur Knight, l’un des manifestants présents devant le théâtre. »

Parmi les médias ayant diffusé la fake news :

Le Figaro (avec AFP) dans un article : « C’est le journaliste et militant Taha Bouhafs qui a d’abord indiqué dans un tweet, se trouver au théatre à «trois rangées derrière le président de la République». «Des militants sont quelque-part dans le coin et appelle tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare… La soirée risque d’être mouvementée», a-t-il ajouté. »

France info dans un article non-signé : « Toujours selon l’entourage du chef de l’Etat, c’est un homme qui se trouvait aussi dans la salle qui a appelé d’autres militants à venir perturber la représentation.
Selon nos informations, il s’agit de Taha Bouhafs, un journaliste militant qui a prévenu via Twitter qu’Emmanuel Macron se trouvait au théâtre des Bouffes du Nord. »

Jean-Philippe Baille est le directeur de la rédaction de France Info depuis le 5/12/2018.

Le Huffpost dans un article non-signé : « La soirée aurait été perturbée après un message du journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière le couple présidentiel, notant la présence de Macron et estimant que “la soirée risque d’être mouvementée”. Selon une source judiciaire, il a été interpellé et emmené au commissariat, sans qu’il soit précisé vendredi soir s’il avait été ou non placé en garde à vue. »

Le Point dans un article non-signé : « Toujours selon franceinfo qui cite l’entourage du président de la République, la présence d’Emmanuel Macron aurait été signalée par un journaliste militant présent trois rangs derrière. « 

Le Monde dans un article de Cédric Pietralunga et Alexandre Lemarié: « Selon l’Elysée, c’est le journaliste militant Taha Bouhafs, qui se trouvait par hasard dans la salle, qui a révélé sur les réseaux sociaux la présence d’Emmanuel Macron au théâtre des Bouffes du Nord et a incité des militants contre la réforme des retraites à se rassembler devant l’établissement. « 

Valeurs actuelles dans un article non-signé : « Tout est parti d’un tweet du journaliste Taha Bouhafs, lequel a indiqué se trouver au théâtre, « trois rangées derrière le président de la République ». « Des militants sont quelque-part dans le coin et appelle tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare… La soirée risque d’être mouvementée », ajoute-t-il. L’information s’est alors répandue comme une trainée de poudre, faisant ainsi grossir les rangs des manifestants rassemblés à l’extérieur, entonnant le chant On est là, hostile à la politique Emmanuel Macron. »

Valeurs actuelles dans un article de Quentin Rousseau : « Interpellé par les forces de l’ordre après l’exfiltration, vendredi soir, du chef de l’État du théâtre parisien des Bouffes du Nord, où il assistait à une représentation, Taha Bouhafs a été placé en garde à vue pour « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations » dans la foulée. En cause : un tweet de sa part, partagé depuis la salle de théâtre, où il se trouvait lui aussi, montrant un Emmanuel Macron de dos, installé quelques rangées plus bas. Ça n’a pas loupé : ni une, ni deux, une foule de manifestants a rapidement encerclé le théâtre, assiégeant le président de la République. »

Geoffroy Lejeune est le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles depuis 2016.

20 minutes dans un article non-signé : « Selon son entourage, Emmanuel et Brigitte Macron assistaient à une représentation de La mouche quand le journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière, a publié sur les réseaux sociaux des photos, qui ont incité des militants à venir perturber le spectacle. »

Ouest France dans un article non-signé : « C’est le journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière le couple présidentiel qui a incité, sur Twitter, des militants à venir perturber le spectacle. »

Le Dauphiné Libéré dans un article non-signé : « Plus tôt dans la soirée, un internaute avait indiqué sur Twitter se trouvait derrière le chef de l’Etat, ce qui aurait permis aux manifestants de venir perturber la soirée du président. »

LCI dans un article d’Antoine Rondel : « Suspecté par la police d’être à l’origine de ce rassemblement, le journaliste militant Taha Bouhafs, qui avait fait connaître sa présence, trois rangs derrière le couple présidentiel, sur les réseaux sociaux, a été arrêté. Il n’a toutefois pas été précisé s’il avait été placé en garde à vue. Plusieurs de ses confrères, habitués des vidéos au plus près de ce type d’actions (Taha Bouhafs avait notamment filmé l’intrusion de grévistes anti-réforme des retraites au siège de la CFDT, le jour même), ont dénoncé son arrestation. »

RTL dans un article de Thomas Prouteau et Sarah Ugolini : « C’est donc le tweet d’un spectateur qui est à l’origine de cette action et Taha Bouhafs n’est pas un inconnu. Il est en garde à vue depuis ce vendredi soir pour participation à un groupement en vue de commettre des violences. »

RTL dans un article de Thomas Prouteau et Nicolas Scheffer :

Jean-Marc Morandini dans un article : « Un militant d’extrême gauche et journaliste indépendant a posté une photo sur les réseaux sociaux localisant le chef de l’Etat. Suite cette publication, plusieurs appels à se réunir devant le théâtre ont été lancés. Selon des témoins sur place, des dizaines de personnes se sont ainsi rassemblées devant le théâtre vers 22 heures criant des slogans pour protester contre la réforme des retraites. »

France 24 dans une vidéo : « Des manifestants avertis de la venue du président par ce tweet publié par ce journaliste militant. »

Le Télégramme dans un article : « Emmanuel et Brigitte Macron assistaient à une représentation de « La Mouche » quand le journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière, a diffusé sur Twitter une vidéo qui a incité des militants à venir perturber le spectacle, selon un proche du président. »

France Bleu dans un article de Blandine Costentin: « En début de soirée, Taha Bouhafs, qui se présente sur Twitter comme un « journaliste des luttes », a publié sur le réseau social une vidéo du président, installé quelques rangs devant lui dans la salle de spectacle, en écrivant : « Des militants sont quelque part dans le coin et appelle[nt] tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare. La soirée risque d’être mouvementée« . Selon l’entourage du chef de l’Etat, ce message a incité des militants se rendre sur les lieux.  « 

France Culture dans le journal de 12h30 d’Adrien Toffolet : Le journaliste cite le tweet de Taha Bouhafs puis explique : « Ces mots figurent dans un tweet publié hier soir par un journaliste du média Là-bas si j’y suis, Taha Bouhafs. il se trouve alors au théâtre des Bouffes du Nord à Paris assis à quelques mètres d’Emmanuel Macron venu assister à une représentation. Peu de temps après, des manifestants tentent de pénétrer dans le théâtre. »

Sputnik dans un article non-signé : « Lors du spectacle, le journaliste Taha Bouhafs était assis trois rangs derrière le couple présidentiel. C’est lui qui a twitté en direct une vidéo qui a incité des militants à venir perturber le spectacle. »

RFI dans un article non-signé : « Selon son entourage, Emmanuel et Brigitte Macron assistaient à une représentation de « La mouche » quand le journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière, a publié sur les réseaux sociaux des photos, qui ont incité des militants à venir perturber le spectacle. »

Le JDD dans un article de Thomas Liabot : « Le journaliste et militant Taha Bouhafs (l’homme par qui le scandale Benalla est arrivé), qui a signalé la présence du Président, se trouvant lui-même au théâtre, a été placé en garde à vue pour « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations ». »

L’Obs dans un article non-signé : « Peu après ses messages, qui indiquaient que « quelque chose se prépare », des dizaines de manifestants contre la réforme des retraites tentaient de forcer l’entrée du théâtre, avant d’être repoussés par les forces de l’ordre. »

A noter également la fake news, moins diffusée, selon laquelle Taha Bouhafs avait appelé au lynchage du Président de la République. Diffusée par Zineb El Rhazoui dans un tweet :



Catégories :20 minutes, Adrien Toffolet, Antoine Rondel, BFM TV, Blandine Costentin, France 24, France Bleu, France Culture, France Info, Guillaume Bertrand, Huffington Post, Inédit, Jean-Marc Morandini, Jean-Philippe Baille, Journal Du Dimanche (JDD), L'Obs, Le Dauphiné Libéré, Le Figaro, Le Monde, Le Point, Le Télégramme, Nicolas Scheffer, Ouest France, Quentin Rousseau, RFI, RTL, Sarah Ugolini, Sputnik, Thomas Liabot, Thomas Prouteau, Uniformité médiatique, Valeurs actuelles, Zineb El Rhazoui

%d blogueurs aiment cette page :