Les médias français complices de Gabriel Matzneff

Gabriel Matzneff invité par Thierry Ardisson

Comme d’habitude, il aura suffit d’une étincelle pour que les grands médias français découvrent (apparemment) et avec 40 ans de retard les écrits et pratiques scandaleux, pédophiles, de Gabriel Matzneff.

« Qui est Gabriel Matzneff ? », se demande candidement RTL, 1ère radio de France.
« Comme Gabriel Matzneff, le tout-Paris des années 70 défendait le sexe entre adultes et enfants » écrit le HuffPost… feignant d’ignorer que c’était encore le cas jusqu’à la semaine dernière concernant Gabriel Matzneff que tous connaissaient, mais que personne ne dénonçait.

Les grands médias n’enquêtent plus mais lèchent, lâchent et lynchent

Nulle enquête n’était pourtant nécessaire, tout était là, dans le domaine public, écrit noir sur blanc, assumé, proclamé même. Et les grands médias l’ont quand même invité, et quand ils ne l’invitaient pas ils ne le dénonçaient pas, mais ils le couvraient (et parfois même de gloire).

Aujourd’hui ils jouent leur numéro de vierge effarouchée, qui impressionne encore les plus naïfs, mais dégoûtent les plus informés, dont je me targue de faire partie.

Nous n’avons pas été nombreux à dénoncer Gabriel Matzneff ces dernières années, hélas. Quand je dirigeais le site en ligne Enquête & Débat, j’avais appelé le 9/4/2015 la brasserie Lipp où avait été remis le prix Cazes-Lipp à un certain Gabriel Matzneff. Aucune reprise dans la presse de mon interview du directeur :

Seul Jean-Christophe Rabiller, qui n’est pas journaliste mais youtubeur, s’en était fait l’écho sur sa chaîne Youtube, où il dénonçait souvent Matzneff et ses soutiens dans les médias. Et ce n’est pas ce qui manque.

Récemment encore, il y a à peine 1 an, Pascal Praud était interviewé dans Le Point et voici ce qu’il disait :  » Plus qu’un livre de chevet, j’aime beaucoup Gabriel Matzneff, dont je crois avoir tous les livres. J’aime son style, ses formules, son rythme. J’aime ce qu’il dit et comme il le dit. « 

On pouvait donc faire l’apologie d’un pédophile assumé comme Matzneff et de ses écrits abominables il y a un an dans un des premiers magazines français et continuer à animer un talk-show à la télé sans créer la moindre polémique. Et il y a fort à parier que personne dans les médias n’osera parler de cette déclaration de Pascal Praud dans le Point, déclaration pourtant claire, nette et précise : il a lu tous ses livres, il adore. Voilà, c’est dit, c’est cru, c’est assumé, c’est noir sur blanc.

Après tout, on décernait bien un grand prix littéraire à ce monsieur en 2013, le prix Renaudot, sans qu’aucun média ne s’en offusque, bien au contraire, puisqu’ils le couvraient d’éloges à cette occasion. Le Point, auquel Matzneff collaborait, s’était fendu d’un article particulièrement odieux. Et que dire de cet article de Libération en 2004 : « Gabriel Matzneff, 67 ans, écrivain. Cet amateur de jeunes filles en fleur, qu’il couche aussi dans son journal, irrite une société au moralisme de plus en plus sourcilleux. »

Sur Boulevard Voltaire aussi, on interviewait encore Gabriel Matzneff avec tous les égards dus à ses prix et à ses soutiens dans les médias. C’est Charlotte d’Ornellas (toujours prompte à dénoncer les violences faites aux femmes sur le plateau d’un certain Pascal Praud), qui s’y collait :

Tout le monde tombe sur Bernard Pivot ces derniers jours, mais personne ne parle d’Ardisson qui a reçu à bras ouverts ce cher Gabriel Matzneff dans plusieurs de ses émissions. L’INA vient de publier un extrait de Tout le monde en parle où il évoque précisément « Vanessa », cette femme dont le livre témoignage vient de lancer la polémique :

Bref, tous ces médias ne sont que des tartuffes qui ont participé à la normalisation des écrits insupportables de Gabriel Matzneff, et qui ont dû faire naître pas mal de vocations de pédophiles parmi la population. Et aujourd’hui ils osent en parler comme si de rien n’était.

Mais le pire revient sans doute à Charlie Hebdo, qui vient de publier un dessin se moquant de Pivot et Matzneff, oubliant un peu vite qu’ils faisaient la promotion de la pédophilie dans les années 70 :

On oscille entre le dégoût et la pitié. L’affaire Dupont-Ligonnès dont tous les médias ont parlé en se battant la coulpe n’est rien comparé à cette affaire Matzneff. Tous ces médias sont hautement subventionnés par l’Etat au passage, donc par nous tous. Et on comprend mieux l’importance d’un média comme Fake news France, j’espère, pour limiter le pouvoir délétère des grands médias.



Catégories :Médias en retard

4 réponses

Rétroliens

  1. "Une" odieuse sur Matzneff, apologie de Petit Paul… Libé n'en a pas fini avec la pédophilie – Fake News France
  2. Les médias complices de Gabriel Matzneff (Jean Robin) - Nouvelles de France Portail libéral-conservateur
  3. Pascal Praud n'assume pas ses déclarations élogieuses sur Gabriel Matzneff dans Le Point fin 2018 – Fake News France
  4. Ariane Chemin du Monde vient faire la morale sur Gabriel Matzneff, mais son journal diffusait encore des citations pédo-criminelles de l'auteur en 2019 – Fake News France
%d blogueurs aiment cette page :