Les explications à géométrie variable de Daniel Schneidermann pour la suppression d’Arrêt sur images de la télévision

Ce 24/12/2019 Daniel Schneidermann publie un long article sur une émission de télévision qui aurait selon lui valu la suppression de son émission 8 ans plus tard : « Ce fut notre condamnation -à retardement. Petites causes, grands effets, c’est cette émission du 7 février 1999 qui fut fatale, huit ans plus tard, à l’existence télé d’Arrêt sur images. Dans cette émission principalement consacrée à la promo télé d’un film d’Astérix, nous dévoilons par ailleurs un bidonnage : un faux sauvetage en montagne par des CRS. Une séance d’entrainement filmée par un CRS, que l’émission de France 3 Des racines et des ailes, a fait passer auprès des téléspectateurs pour un vrai sauvetage. […] Le bidonnage de France 3  n’était ni plus ni moins grave que des dizaines de bidonnages semblables. Mais l’animateur de France 3 s’appelait Patrick de Carolis. A la différence de Namias, il avait refusé de nous fournir toute explication. Et nous saurons par la suite, par des échos internes, qu’il n’a jamais pardonné à Arrêt sur images d’avoir dévoilé ce mensonge. […] Quand Carolis est nommé, en 2005, président de France Télévisions, il ne faut pas être très clairvoyant pour comprendre qu’il ne veut pas du bien à Arrêt sur images. La vengeance se mangera tiède : à la fin de la saison 2007, l’émission est supprimée de la grille de France 5. »

Or cette explication n’a rien à voir avec celle qu’il donnait en 2007, ce dont un article du Monde se faisait l’écho à l’époque : « « Ce qui me paraît grave, ce n’est pas la disparition d' »Arrêt sur images », que la chaîne a tout à fait le droit de décider, c’est que le service public renonce à cette mission de décryptage plus nécessaire que jamais depuis l’élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy », a déclaré au Monde Daniel Schneidermann.
Il confie que l’équipe vivait dans un état de « guerre froide » avec la direction de France Télévisions après la diffusion, en 2006, d’un sujet évoquant les questions déontologiques posées par le mariage de la présentatrice du « 20 heures », Béatrice Schönberg, avec le ministre Jean-Louis Borloo. Sujet qu’Arlette Chabot, directrice de l’information de France 2, avait jugé « dégueulasse ». »

Troisième explication donnée par Daniel Schneidermann, implicitement dans l’article du Monde, c’est l’élection de Nicolas Sarkozy.

Une est vraie et deux autres sont fausses, en tout cas.

L’explication De Carolis est plutôt bancale, puisqu’il aurait attendu 2 ans après sa nomination pour supprimer l’émission de Daniel Schneidermann. Il n’avait attendu qu’un an pour supprimer Tout le monde en parle de Thierry Ardisson, grand ennemi de Schneidermann, par exemple.

L’explication Arlette Chabot est déjà plus vraisemblable mais Arlette Chabot n’était pas en mesure de supprimer l’émission de l’antenne.

C’est l’explication Sarkozy qui nous paraît la plus probable, Daniel Schneidermann ayant clairement pris parti contre lui pendant la campagne présidentielle de 2007, comme le montre cette émission du 11/2/2007 :

Ou ces deux extraits de deux autres émissions :

Ou cette autre émission :

Le nouveau président de la République Sarkozy avait tout à fait l’influence pour faire supprimer l’émission de son adversaire politique Daniel Schneidermann, qui ne cachait déjà pas ses idées de gauche, voire d’extrême-gauche. Sarkozy est élu en mai 2007, l’émission est supprimée en juin 2007.



Catégories :Arrêt sur images, Daniel Schneidermann

%d blogueurs aiment cette page :