Blackrock, la théorie du complot brandie par certains opposants à la réforme des retraites (et certains médias)

Nous avons déjà abordé la fake news selon laquelle la réforme des retraites vise à mettre en place la retraite par capitalisation. Cette fake news se trouve renforcée par une théorie du complot qui revient souvent ces derniers jours, et qui a pour nom Blackrock.

L’Express du 12/12/2019 indique :  » Ces allégations ne passent pas auprès de BlackBlock, qui affirme ne pas souhaiter commenter ces articles, « qui sont par ailleurs inexacts », rapporte Les Échos. Selon le journal, le groupe se dit injustement visé, puisque sa note indique simplement le fait que le système de retraites par répartition allait rester « au cœur de l’épargne retraite française ».  « 

Il n’a jamais été question de retraite par capitalisation dans aucun des débats en France, ni de la part du gouvernement ni d’aucun intervenant dans les médias.
Pourtant la retraite par capitalisation existe déjà pour des fonctionnaires, comme le rappelait le site libéral Contrepoints le 2/3/2017 :  » Retraite par capitalisation : pourquoi la réserver aux fonctionnaires ?
Il existe en France un modèle à suivre : il s’agit du RAFP (Retraite Additionnelle de la Fonction Publique). C’est le seul fonds de pension par capitalisation, qui bénéficie à une seule catégorie des Français, les fonctionnaires. »

Le JT de France 2 a consacré le 31/12/2019 un sujet à Préfon retraites, une retraite par capitalisation géré par FO, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC.

Jean-Marc Daniel et Emmanuel Lechypre démontrent sur BFM Business en quoi c’est une fake news le 3/1/2020.

Mais peu importe pour les médias qui relaient la théorie du complot sur Blackrock.

Le 13/12/2019 Interview de Sylvie Matelly (directrice adjointe de l’IRIS) sur Arrêt sur images (par Daniel Schneidermann) : « BlackRock, on peut quasiment dire qu’ils sont les maîtres du monde »

« Et si c’était BlackRock qui dans la coulisse actionnait la réforme française des retraites ? Hier encore inconnu du grand public français, ce géant de la finance, qui gère les retraites par capitalisation de centaines de milliers d’Américains est apparu en pleine lumière du fait de son intérêt ostensible pour cette réforme et particulièrement pour son maître d’oeuvre Emmanuel Macron. »

Lors de cette émission une intervenante, Sandra Rigot, dit d’ailleurs une autre fake news (à 10 min 14): « La France est vraiment l’exception. C’est le seul pays dans le monde à avoir adopté un régime de retraite par répartition. »

Or ce site spécialisé sur les retraites indique que  » Du côté des systèmes beveridgiens, le Royaume-Uni a créé, en 1975, en plus de la pension minimum, un système de retraite par répartition alimenté par des cotisations sociales – même si les assurés ont gardé la faculté de souscrire, à la place, des contrats privés. « 

Quelques minutes plus tard, Sandra Rigot confirmera que « la France ne va pas basculer dans un système de retraite par capitalisation. »

Mediapart publie un article le 9/12/2019 par Martine Orange : « Retraites: BlackRock souffle ses conseils pour la capitalisation à l’oreille du pouvoir.
Officiellement, le gouvernement jure qu’il veut défendre la retraite par répartition. Mais en coulisses, les assureurs et les financiers ne se privent pas de lui dispenser leurs conseils « éclairés », auxquels il prête la plus grande attention, pour faire éclater le système. » 

Le directeur de la rédaction de Mediapart est Edwy Plenel.

Le 11/12/2019 L’Humanité publie un article de Sébastien Crépel : « BLACKROCK. UN GÉANT AMÉRICAIN DE LA FINANCE À L’ASSAUT DES RETRAITES DES FRANÇAIS
Fonds de pension.  Le gigantesque gestionnaire d’actifs BlackRock lorgne l’épargne hexagonale, qu’il voudrait transformer en retraite par capitalisation. Il attend que la loi Pacte votée au printemps et la réforme Delevoye lui ouvrent les portes de ce marché. « 

Elisabeth Lévy, directrice de la rédaction de Causeur, alimente cette théorie du complot sur Sud Radio le 10/12/2019 :

A 1 min 58 :
Elisabeth Lévy : « Certains pensent que le président veut torpiller la répartition. »
Patrick Roger : « Ce n’est pas un peu du complotisme ? »
EL : « Il n’y a certainement pas de complot. Mais il y a tout de même peut-être un peu un agenda caché qui est fondé sur la conviction que la répartition sera insuffisante pour assurer aux retraités un niveau de vie convenable. Et ce soupçon il faut bien le dire est nourri par l’écran de fumée sur l’objectif de la réforme parce qu’on nous dit qu’il va s’agir d’une grande réforme historique. En fait on soupçonne qu’elle vise surtout à contenir les dépenses dans la fameuse épure du PIB. »

Donc il n’y a pas de complot mais un agenda caché, merci Elisabeth Lévy.

Atlantico a relevé dans un article du 24/12/2019 le même complotisme sur France Culture dans une chronique de Marie Viennot :
« Le complotisme de la capitalisation vu par France Confiture Culture
On trouvera sur le site de France Culture un article proche du complotisme dénonçant l’influence des fonds de pension dans la réforme par points. Sous le titre évocateur de « Retraite par points : une opportunité pour BlackRock, Amundi, Axa IM, BNP Paribas Asset management, etc. », la radio de « service public » suggère que les fonds de pension auraient guidé la réforme, avec des phrases du genre :
« Emmanuel Macron croit en la finance, et la finance croit en lui pour ouvrir la France à de nouvelles pratiques financières ».
Cette pure assertion sans aucune base factuelle donne le ton et permet de conclure :
« Il y a clairement un marché à créer. Or ce marché, ce que prévoit la retraite à point pour les revenus au delà de 10 000 euros par mois, peut le faire advenir ».
A aucun moment, le « journaliste » auteur de ces lignes ne fait remarquer que la France porte le régime obligatoire par répartition d’environ 3.000 euros de revenus mensuels à 10.000 euros, ce qui est directement contradictoire avec les intérêts des fonds de pension. Mais l’objectivité ne faisant pas partie, manifestement, de la déontologie du journaleux de France Confiture, on oubliera vite ce point pour nourrir la conviction chez le lecteur qu’il existe un complot dans l’ombre inspiré par les fonds de pension. »

La directrice de la rédaction de Marianne, Natacha Polony, a versé elle aussi dans cette théorie du complot, lors d’un débat sur BFM TV : « Récemment est sorti le fait qu’Emmanuel Macron, depuis le début de son quinquennat, discute avec un des plus grands fonds de pension américain qui s’appelle Blackrock, et qui est ravi de ce qui est en train de se passer. Pourquoi ? Parce que derrière il y a une logique, c’est qu’on va enrichir des fonds de pension. »

Claude Weill commente sur twitter :  » Donc pour N. Polony, tout ce chantier retraites n’a qu’1 but: pousser les cadres à + de 10000 €/mois dans les bras de Blackrock. « 

Le 1/1/2020 le président de Blackrock France est promu au grade d’officier de Légion d’honneur du président de BlackRock France et la presse diffuse largement la théorie du complot initiée par les médias ci-dessus avant sa nomination. Seul l’Opinion dans un article de Raphaël Legendre fera entendre un autre son de cloche : « BlackRock, retraites et légion d’honneur: les complotistes vous souhaitent une bonne année. En plein débat sur les retraites, certains voient dans la promotion au grade d’officier de Légion d’honneur du président de BlackRock France une provocation d’Emmanuel Macron »

Sud ouest dans un article le 1/1/2020 : « Mais ce rôle d’influence présumé a été dénoncé dans les manifestations après les révélations de Médiapart, qui expliquait il y a quelques semaines qu’une série de recommandations avaient été envoyées par BlackRock au gouvernement pour préparer la réforme des retraites.
Le quotidien L’Humanité avait de son côté publié le 11 décembre un document interne d’une quinzaine de pages attribué à BlackRock, détaillant l’intérêt de développer l’épargne-retraite par capitalisation en France en s’appuyant notamment sur la loi Pacte votée au printemps, même si le système de retraite par répartition « restera au coeur de l’épargne retraite française ». »

Ouest France dans un article le 1/1/2020 :  » Dans le conflit sur la réforme des retraites, les contacts réguliers entre le fonds BlackRock et l’exécutif français ont alimenté des soupçons de collusion. Jean-François Cirelli avait rencontré Emmanuel Macron le 10 juillet 2019, avec d’autres gestionnaires d’actifs, lors d’une réunion destinée à inciter les fonds d’investissements à financer la lutte contre le réchauffement climatique. « 

Le Monde (avec AFP) dans un article le 1/1/2020 : « En plein conflit sur les retraites, la distinction du patron français de BlackRock passe mal
Le patron de la branche française du géant américain de la finance a été élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur. Une distinction dénoncée, alors que la réforme est accusée de faire le lit d’un système par capitalisation. »

Phil Chetwynd est directeur de l’information de l’AFP depuis le 1/2/2019.

Libération dans un article par Laure Bretton le 1/1/2020 : « Venu des rangs de la droite, Jean-François Cirelli a été élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur mercredi. La société qu’il dirige, BlackRock France, est considérée comme un cheval de Troie de la retraite par capitalisation par les opposants au projet de réforme du gouvernement. »

Depuis le 2 juillet 2014, Laurent Joffrin est directeur de la rédaction de Libération.

Le Huffpost dans un article le 1/1/2020 : « La présence de Jean-Francois Cirelli dans la promotion de la Légion d’honneur passe mal
Le président de la branche française de BlackRock est accusé de collusion avec le gouvernement sur la réforme des retraites. »

Valeurs actuelles dans un article le 1/1/2020 :  » La nomination du président de la branche française de BlackRock fait grincer des dents, d’autant plus que ses relations avec l’exécutif alimentent des soupçons de collusion.  « 

Geoffroy Lejeune est le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles depuis 2016.

BFM TV dans un article de Jules Pecnard le 1/1/2020 :  » Or, selon des révélations de Mediapart et de L’Humanité, la maison mère du gestionnaire d’actifs, aux États-Unis, aurait envoyé des « recommandations » à l’exécutif durant le mois de juin dernier. En clair, BlackRock souhaite que l’argent des Français soit davantage placé dans des produits d’épargne retraite privés, entraînant de facto un système de plus en plus basé sur la capitalisation et non plus sur la répartition. Un phénomène que facilite d’ores et déjà la loi Pacte votée en avril et promulguée en juin. « 

La Dépêche dans un article de Cyril Brioulet le 1/1/2020 :  » En plein conflit social sur la réforme des retraites, BlackRock est soupçonné par certains d’une possible collusion.  « 

LCI dans un article non-signé le 1/1/2020 : « CONFLIT D’INTÉRÊTS ? – Jean-François Cirelli, président de la branche française de BlackRock, plus important gestionnaire d’actifs du monde, a été nommé officier de la Légion d’honneur ce 1er janvier. Ce qui suscite la polémique, car son groupe est soupçonné de lobbying en faveur de la réforme du système de retraites. »

L’Obs dans un article non-signé le 1/1/2020 : « Jean-François Cirelli, président de la branche française du fonds de pension BlackRock, est élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur, alors que l’influence de sa société sur la réforme du système de retraites interroge. »

Dominique Nora est la directrice de l’information de L’Obs depuis le 14/3/2018.

La Voix du Nord dans un article non-signé le 1/1/2020 : « Retraites: le président du fonds BlackRock France fait officier de la Légion d’honneur
Jean-François Cirelli fait partie de la promotion du 1er janvier de la Légion d’honneur, alors que BlackRock France est soupçonné par certains de vouloir influer sur la réforme des retraites. »

Europe 1 dans un article de Julien Ricotta et une émission de radio avec Aurélie Herbemont le 1/1/2020 :  » Jean-François Cirelli, président de la branche française du fonds de pension BlackRock, a été promu au rang d’officier de la Légion d’honneur. Cette nomination a soulevé de vives critiques, alors que la société est soupçonnée d’avoir tenté de peser sur la réforme des retraites. « 

RT France dans un article de Fabien Rives le 1/1/2020 : « En plein mouvement social, le président de la filiale française de BlackRock reçoit les honneurs de la République. Le géant américain de la finance est considéré par ses opposants comme l’un des principaux bénéficiaires de la réforme des retraites. »

Capital dans un article de Frédéric Sergeur le 1/1/2020 : « Alors que l’implication du gestionnaire d’actifs financiers dans la réforme des retraites interpelle, le président de sa branche française a été élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur. »

L’Express dans un article non-signé le 1/1/2020 :  » Ses détracteurs s’appuient sur l’existence d’une note adressée à ce dernier en juin 2019, rédigée par BlackRock et intitulée Loi Pacte:Le bon plan Retraite et révélée par L’Humanité le 11 décembre dernier. Dans ce document interne d’une quinzaine de pages, la multinationale détaille l’intérêt de développer l’épargne-retraite par capitalisation en France en s’appuyant notamment sur la loi Pacte votée au printemps, même si le système de retraite par répartition « restera au coeur de l’épargne retraite française ».  « 

RTL dans un article de Florise Vaubien le 1/1/2020 : « BlackRock soutiendrait la réforme des retraites
Le puissant gestionnaire d’actifs a ainsi été accusé de faire valoir auprès de l’exécutif le régime de retraite par capitalisation, sur le modèle des fonds de pension américains, au détriment du système français actuel par répartition. « 

La Provence dans un article non-signé le 1/1/2020 :  » Le quotidien L’Humanité avait de son côté publié le 11 décembre un document interne d’une quinzaine de pages attribué à BlackRock, détaillant l’intérêt de développer l’épargne-retraite par capitalisation en France en s’appuyant notamment sur la loi Pacte votée au printemps, même si le système de retraite par répartition « restera au coeur de l’épargne retraite française ».  « 

Le Monde diplomatique dans un article de Sylvain Leder le 1/1/2020 : « BlackRock, la finance au chevet des retraités français. Frustrés par la faible part de l’épargne individuelle dans le système de retraite français, les géants de la finance espèrent que, avec la réforme Macron-Philippe, leur heure arrive enfin. »

Et sur twitter :

Christian Delporte (directeur du Temps des médias) dans un tweet :

Damien Dole dans un tweet :

Gérard Miller dans un tweet :

Tatiana Ventôse (Le Fil d’Actu) dans un tweet :

Jordan Pouille dans un tweet :

Guillaume Bigot dans un tweet :

Johan Faerber dans un tweet :

Jack Dion de Marianne dans un tweet :

Pierre Jovanovic dans un tweet :

Le journaliste et député François Ruffin dans un tweet :



Catégories :AFP, Arrêt sur images, Aurélie Herbemont, BFM TV, Capital, Causeur, Christian Delporte, Cyril Brioulet, Daniel Schneidermann, Dominique Nora, Edwy Plenel, Elisabeth Lévy, Europe 1, Fabien Rives, Florise Vaubien, François Ruffin, France Culture, Frédéric Sergeur, Gérard Miller, Geoffroy Lejeune, Guillaume Bigot, Huffington Post, Inédit, Jack Dion, Johan Faerber, Jordan Pouille, Jules Pecnard, Julien Ricotta, L'Express, L'Humanité, L'Obs, La Dépêche, La Provence, Laure Bretton, Laurent Joffrin, LCI, Le Fil d'actu, Le Monde, Le Monde diplomatique, Le Temps des médias, Libération, Marianne, Marie Viennot, Martine Orange, Mediapart, Natasha Polony, Ouest France, Phil Chetwynd, Pierre Jovanovic, RT France, RTL, Sandra Rigot, Sébastien Crépel, Sud Ouest, Sud Radio, Sylvain Leder, Tatiana Ventôse, Théorie du complot, Uniformité médiatique, Valeurs actuelles, Voix du Nord

%d blogueurs aiment cette page :