Les condamnations du Parisien

Nous continuons notre série d’articles sur les condamnations des médias. Merci de nous envoyer les nouvelles condamnations du Parisien à fakenewsfrance@protonmail.com

JOHNNY HALLIDAY

Nous avions déjà indiqué que le Parisien avait été condamné pour avoir faussement accusé Johnny Halliday d’avoir fait du play-back au Stade de France.

DALLOYAU

Le Parisien indique : « Le 24 mars 2005
Par jugement du 31 janvier 2005, le tribunal de grande instance de Paris (chambre civile de la presse) a condamné Philippe Amaury, directeur de publication du quotidien « le Parisien », et Jean Darriulat, journaliste, pour avoir diffamé publiquement la société Dalloyau, en publiant, dans l’édition du 13 septembre 2004, un article intitulé « Chez Dalloyau, les salariés mangent les restes », la mettant en cause. »

AFFAIRE DU CARLTON

L’Express indique le 25/11/2011 : « Le Parisien condamné pour atteinte à la vie privée dans l’affaire du Carlton
Le groupe Le Parisien a été condamné vendredi pour atteinte à la vie privée après la publication d’un article basé sur le procès-verbal d’audition d’une ancienne prostituée dans l’affaire dite du Carlton de Lille, a-t-on appris auprès de l’avocat de la jeune femme. »

PHOTO DE L’AUTOMOBILISTE

Le Figaro indique le 10/11/2015 :  » Un automobiliste qui s’était engouffré dans une bouche de métro, qu’il avait prise pour une entrée de parking sur les Champs-Elysées à Paris, a fait condamner Le Parisien, pour avoir publié sur son site une photo le montrant sans le flouter, selon un jugement consulté aujourd’hui.
La 17e chambre civile a condamné le quotidien à lui verser 4.000 euros de dommages et intérêts pour atteinte au droit à l’image et 3.000 euros pour les frais de justice. En mars 2014, le journal avait repris sur son site internet une photo publiée sur Twitter, qui immortalisait l’instant. « 

JEAN-LUC DELARUE

Paris Match indique le 29/10/2009 : « Le quotidien Le Parisien a été condamné à verser 5000 euros à l’animateur-producteur Jean-Luc Delarue pour violation de sa vie privée, selonune information tele-2-semaines.fr, et rapporté par Satellifax jeudi. Le litige portait sur la Une du quotidien le 13 septembre: « Delarue, le déclin d’un empire« , et une double-page où il était question de ses frasques, ses dérapages, ses soirées… Reservoir Prod n’a pas souhaité commenter ces informations. »

REDACTIONNELS SUR L’ALCOOL

L’Obs indique le 9/1/2008 : « Le tribunal de grande instance de Paris a condamné le quotidien Le Parisien pour avoir publié des articles rédactionnels sur l’alcool. Il a estimé que ces publications pouvaient exercer « sur le lecteur une action psychologique de nature à l’inciter à la consommation ». »

SEAFRANCE

Le site jeanmarcmorandini.com indique le 19/12/2014 : « Le Parisien a été condamné mardi pour avoir diffamé le Comité d’entreprise et un ancien responsable syndical de l’ex-compagnie de ferries transmanche SeaFrance (devenue depuis MyFerryLink) « 

GUY GEORGES

L’Humanité indique le 29/6/1999 :  » Le directeur et un journaliste du Parisien ont été condamnés lundi à 25 000 francs d’amende chacun par le tribunal correctionnel de Paris pour la publication d’extraits de procès-verbaux d’interrogatoire de Guy Georges, soupçonné du viol et du meurtre de plusieurs jeunes femmes à Paris. Le quotidien avait diffusé le 17 juin 1998 un article reproduisant les principaux extraits de l’interrogatoire de Guy Georges, dans lequel il raconte de façon très détaillée la manière employée pour violer et tuer ses victimes. « 

ROMAN POLANSKI

Arrêt sur Images indique le 5/12/2009 : « Le Parisien devra payer 3.000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée à Roman Polanski, et à sa femme Emmanuelle Seigner, pour des photos parues en décembre 2009. »
La Presse ajoute : « Les photos incriminées ont été publiées, alors que Roman Polanski venait d’arriver dans son chalet de Gstaad en Suisse, où il est désormais assigné à résidence. Le tribunal a «constaté que la publication des photographies caractérise une atteinte à sa vie privée et à son droit à l’image». Selon le tribunal, «l’article paru dans l’édition du Parisien datée du samedi 5 décembre 2009 et intitulé «Polanski retrouve les siens» ne justifiait pas la publication, sans autorisation des personnes concernées, d’une photographie d’Emmanuelle Seigner, prise alors qu’elle se trouvait à l’intérieur de son domicile, ni celle de son fils âgé de 11 ans, dans les limites de la propriété familiale.» »

MICHEL MOUCHTOURIS

Pressreader indique le 23/4/2014 : « Par arrêt du 03 avril 2014, la cour d’appel de Paris pôle 2 – chambre 7 a confirmé le jugement du 11 avril 2013 rendu par le tribunal de grande instance de Paris (chambre correctionnelle de la presse) qui a condamné Marie-Odile Kuhn épouse Amaury, directeur de la publication du journal Le Parisien et Elisabeth Fleury, journaliste, pour avoir diffamé publiquement Michel Mouchtouris en publiant dans l’édition du 4 février 2011, un article intitulé « ENQUETE – Perquisition chez le notaire de grosses fortunes de Neuilly » le mettant en cause. »

DISNEYLAND PARIS

« Par jugement du 27 septembre 2012, le tribunal correction de Paris (17ème chambre) a condamné Marie Odile Kuhn, épouse Amaury, directeur de la publication du quotidien Le Parisien, Aurélien Pérol, journaliste, et Raymond Myon pour avoir publiquement diffamé Amadou N’Diaye, en publiant dans le numéro 20295 du journal Le Parisien, daté du 10 décembre 2009, un article et une interview respectivement titrés : « 230 000€ détournés au comité d’entreprise d’Euro Disney » et « La direction a préféré fermer les yeux ». »

JEAN SARRUS, ANCIEN DES CHARLOTS

La Montagne indique le 6/2/2013 : « Ancien comédien de la bande des Charlots, Jean Sarrus, a bien été diffamé par Le Parisien selon le tribunal du Puy-en-Velay (Haute-Loire) qui a rendu sa décision mardi. »

GERARD DE VILLIERS

L’AFP indique le 28 janvier 2005 : « Le Parisien condamné à Paris pour avoir diffamé Gérard de Villiers »

Le Parisien indiquait le 16 février 2005 : « Par jugement prononcé le 28 janvier 2005, le tribunal correctionnel de Paris, chambre de la presse, a condamné M. Philippe Amaury, directeur de la publication du « Parisien », et M. Laurent Valdiguié, journaliste, pour avoir publiquement diffamé M. Gérard de Villiers en publiant dans ce journal daté du 5 mai 2004 un article intitulé « Gérard de Villiers, le père de SAS, au tribunal » le mettant en cause. »

Stéphane Albouy est directeur de la rédaction du Parisien depuis mars 2015.
Thierry Borsa était directeur de la rédaction du Parisien de janvier 2010 à mars 2015.
De janvier à décembre 1998, le directeur de la rédaction du Parisien était Noël Couëdel.
De décembre 1998 à février 2007 Christian de Villeneuve était directeur de la rédaction du Parisien.
De février 2007 à décembre 2008 Vincent Regnier était directeur de la rédaction du Parisien.
De mars 2009 à septembre 2009 Dominique de Montvalon était directeur de la rédaction du Parisien.



Catégories :Aurélien Pérol, Christian de Villeneuve, Condamnation, Dominique de Montvalon, Elisabeth Fleury, Jean Darriulat, Laurent Valdiguié, Le Parisien, Noël Couëdel, Stéphane Albouy, Thierry Borsa, Vincent Regnier

6 réponses

Rétroliens

  1. Condamnations de Mediapart – Fake News France
  2. Condamnations du Canard Enchaîné – Fake News France
  3. Les condamnations de Libération – Fake News France
  4. Les condamnations du Figaro – Fake News France
  5. Les condamnations du Point – Fake News France
  6. Les condamnations de l'Obs – Fake News France
%d blogueurs aiment cette page :