Quand la journaliste Sara Daniel accusait à tort les soldats israéliens de violer des femmes palestiniennes

Le site Infoéquitable revient sur cette fake news de Sara Daniel dans l’Obs : « Le 8 novembre 2001, la journaliste Sara Daniel, grand reporter au Nouvel Obs, publie un long reportage consacré aux « crimes d’honneur » pratiqués en Jordanie.
Sous cette appellation, on désigne les assassinats par leurs propres familles de femmes musulmanes dont le seul tort est d’avoir été violées, une pratique barbare supposée racheter « l’honneur » du clan.
Dans son article, Sara Daniel se penche également sur la situation « à Gaza et dans les territoires occupés ».
Après avoir indiqué que chez les Palestiniens, deux tiers des homicides seraient en réalité des « crimes d’honneur » visant des femmes, la journaliste délivre cette information : 

Les femmes palestiniennes violées par les soldats israéliens sont systématiquement tuées par leur propre famille. Ici, le viol devient un crime de guerre, car les soldats israéliens agissent en parfaite connaissance de cause.

Cette accusation de « viol » à l’encontre des soldats de Tsahal est bien entendu sans le moindre fondement. Elle ne sort que de l’imagination – pour ne pas dire des fantasmes – de la fille de Jean Daniel, le patron du Nouvel Obs.
Aucune plainte, aucune dépêche d’agence, aucun article n’a d’ailleurs jamais fait état de telles accusations.
Les Palestiniens eux-mêmes, pourtant prompts à charger les Israéliens de tous les crimes, n’ont jamais rapporté de tels faits.
Cette fois, la ficelle est un peu grosse et la pilule ne passe pas.
Face au tollé suscité par les élucubrations de Sara DanielLe Nouvel Obs publie… Oh, même pas un démenti, tout juste une « mise au point » de la journaliste… »

Le directeur de la rédaction du Nouvel Obs était alors Jean Daniel.



Catégories :Jean Daniel, L'Obs, Sara Daniel

%d blogueurs aiment cette page :