Marianne diffuse les (faux) simulateurs de retraite

Le 3/12/2019 le site des Echos expliquait :  » Un objet en particulier, évoqué dimanche lors du séminaire gouvernemental ou ce mardi matin au petit-déjeuner de la majorité, inquiète : c’est le simulateur de retraite en ligne proposé, entre autres, par le SNES, premier syndicat de l’enseignement secondaire. Très simple, il rencontre un franc succès dans les rangs des enseignants. « Ces simulateurs, c’est n’importe quoi, tous les paramètres ne sont pas connus, pointe Matignon. Or, il y a un engagement politique ferme. Il y aura des revalorisations de salaires. Nous devons combattre les « fake news » ».
Ces simulateurs en effet ne prennent pas en compte de potentielles  revalorisations de salaires sans lesquelles les enseignants seraient de grands perdants de la réforme . Aujourd’hui, ils affichent donc plusieurs centaines d’euros de baisse de pensions par mois. Effet anxiogène garanti. « 

Cela n’a pas empêché Marianne de diffuser le 29/11/2019 par Laurence Dequay les simulateurs de retraite :
« Simulateurs de retraite : combien allez-vous perdre ?
Mis en ligne par le Snes-FSU, la CGT des cadres ou des opérateurs privés, des sites permettant de calculer leur future retraite affolent les salariés. Et pour cause : on leur annonce de sévères pertes… […]
Faut-il dénoncer le simplisme de ces projections ? De fait, l’exécutif subit les simulateurs que mérite son impéritie ! Mais aussi longtemps que les critères du futur régime universel n’auront pas été arbitrés, puis votés par les parlementaires, les équipes de Delevoye ne pourront offrir aux Français le simulateur personnalisé, fiable et transparent de leur future pension. Elles le feront, au mieux, quatre mois après le vote de la loi ! « 

La directrice de la rédaction de Marianne depuis septembre 2018 est Natacha Polony (et son salaire mensuel a été de 27 400 euros à Europe 1).



Catégories :Inédit, Laurence Dequay, Marianne, Natasha Polony

%d blogueurs aiment cette page :