La fake news de la boulangère noire victime de racisme

« Le 28 février 2019, Le Huffington Post (Jade Toussay), qui n’est pas marqué au fer rouge de la honte pour diffusion de fausses nouvelles par le Décodex, publie une fausse information. « Une boulangère noire est victime de racisme à Levallois-Perret » écrit le média jadis honorable.

Le même jour, le Parisien se joint aux attaques. Olivier Bureau, un journaliste qui ne laisse jamais la vérité se mettre en travers d’une bonne histoire, publie « Indignation et solidarité autour d’une boulangère de Levallois », et précise, sans vérifier ses sources, que « Pauline dénonce des insultes racistes répétées à son égard » . Son témoignage, relayé par la Ligue de défense noire africaine, soulève sur les réseaux une avalanche de commentaires indignés, jusqu’à la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa. » (Ce n’est qu’après la vérification par Checknews que l’affaire est un Fake, que Bureau publiera un contre article).

Le lendemain 1er mars, l’Express, qui est très bien vu par Sénécat (il y a travaillé, et les copains bénéficient d’un traitement de faveur) – y va de sa surenchère : « Indignation et solidarité autour d’une boulangère victime de racisme » !

Puis i24News se joint à la danse. En direct, la journaliste Noémie Halioua diffuse la fausse information sans la moindre hésitation.

Le 2 mars, France 3 reprend le faux « scandale ». N’oubliez pas que la gauche anti-colonialiste veut absolument faire payer les Français pour un racisme largement inventé. Marc Taubert, qui s’intéresse autant à rapporter les faits que moi à la production d’annatto par le bixa orellana d’Amérique du sud, écrit : « Pauline, une boulangère de Levallois-Perret, raconte les insultes qu’elle subit au quotidien. La secrétaire d’État chargée de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, l’a encouragé à porter-plainte. »

Dans ses talons, Europe 1 se joint à la meute haineuse. « Victime d’insultes racistes, une boulangère reçoit de nombreux soutiens » publie le site.

Finalement, et il faut savoir le signaler lorsqu’un journaliste fait vraiment son travail, fût-il dans « le camp du bien », c’est Libération qui sauvera l’honneur – non pas l’honneur de la profession, qui l’a perdu depuis longtemps et ne cherche même plus à le retrouver – mais l’honneur du travail consciencieux.

© Albert Bertold pour Dreuz.info.



Catégories :Europe 1, France 3, Huffington Post, i24news.tv, Jade Toussay, L'Express, Le Parisien, Marc Taubert, Noémie Halioua, Olivier Bureau

%d blogueurs aiment cette page :