Les décodeurs du Monde et France Culture inventent une citation qui n’existe pas sur le « Grand remplacement »

Ce 20/11/2019 Fdesouche a relevé les fake news : « Grand remplacement : quand les décodeurs du Monde et France Culture inventent une citation qui n’existe pas
Cette année Le Monde, Les Décodeurs du Monde et France Culture ont répété à leur public que le terme de grand remplacement avait une origine lointaine : l’écrivain Maurice Barrès. Cette affirmation ne se base sur aucune source sérieuse et est démentie par un simple ctrl+f. « 

Ce twitto fait référence à cet article du Monde : « Théorie du « grand remplacement » : Renaud Camus, aux origines de la haine », par Lucie Soullier, publié le 9 novembre 2019 et dans lequel on retrouve cette phrase : « L’expression du « grand remplacement » avait déjà été utilisée à la fin du XIXè siècle par des nationalistes français, notamment l’antidreyfusard Maurice Barrès. »

Les Décodeurs du Monde publient le 22/3/2019 sous la plume de Samuel Laurent, Maxime Vaudano, Gary Dagorn et Assma Maad un article intitulé « La théorie du « grand remplacement », de l’écrivain Renaud Camus aux attentats en Nouvelle-Zélande ».

 » Cette théorie a été publiquement défendue pour la première fois par Renaud Camus dans l’Abécédaire de l’in-nocence, publié en 2010, avant d’être développée dans Le Grand Remplacement, l’année suivante. Il n’en est toutefois pas le véritable inventeur, puisqu’elle trouve son origine à la fin du XIXe siècle, chez Maurice Barrès, l’un des pères intellectuels du nationalisme français. Dans L’Appel au soldat (1900), Barrès, soutien de l’Action française, défend avec ferveur la terre et les racines et exalte la nation. Il y emploie pour la première fois le terme de « grand remplacement » par « l’étranger », c’est-à-dire le juif, qui serait « fatalement accompli à brève échéance »« La France pourra toujours s’appeler la France, son âme sera morte, vidée, détruite », écrit-il. « 

Le journaliste politique Laurent de Boissieu fera une rapide enquête :

L’article de France Culture date du 15/4/2019 et il est signé par Chloé Leprince : « Binet non plus n’est pas le premier à charpenter l’idée d’un grand remplacement racial. Les termes “grand remplacement” figurent noir sur blanc dans L’Appel au soldat, deuxième tome du Roman de l’énergie nationale, de Maurice Barrès. L’Appel au soldat paraît en 1900. C’est la suite des Déracinés, par quoi Barrès avait entamé son tableau de la vie politique dans la France de 1880 à 1892.
Derrière l’expression de ce “grand remplacement” que Barrès annonce “fatal”, il s’agit, déjà, des Juifs. Le père du nationalisme scande : “La France pourra toujours s’appeler la France, son âme sera morte, vidée, détruite. “« 

Cette fake news a été reprise par la journaliste Elise Thiébaut dans son livre « Mes ancêtres les gauloises » paru en septembre 2019, qui serait selon son éditeur un « antidote au roman national » :



Catégories :Assma Maad, Chloé Leprince, Elise Thiébaut, France Culture, Gary Dagorn, Le Monde, Lucie Soullier, Maxime Vaudano, Samuel Laurent

%d blogueurs aiment cette page :