Checknews de Libération essaie de faire passer pour une fake news une vraie info sur la théorie du genre

« Est-il vrai qu’un des «pères» des études de genre a admis que ce domaine des sciences sociales n’était pas sérieux ? » écrit Jacques Pezet ce 7 novembre 2019 dans Libération pour discréditer les articles parus dans Le Point, Valeurs actuelles et L’opinion et prouvant que tel est bien le cas.

Après avoir rappelé les articles en question, Jacques Pezet écrit :
« Pas un «ponte» des études de genre selon ses pairs.
Que représente Dummitt dans son domaine? CheckNews, pour le savoir,  a interrogé plusieurs chercheurs et chercheuses spécialisés dans les études de genre, et notamment sur les questions de masculinités, puisque c’était le domaine de prédilection de Christopher Dummitt. « 

Quelle est la probabilité que des universitaires défendant les études de genre cherchent à minimiser voire à nier l’importance d’un des leurs ayant fait de tels aveux ? Jacques Pezet ne s’est-il pas posé la question ? Apparemment pas, ainsi il reproduit sans les questionner les réponses des différents universitaires, à commencer par la plus importante d’entre eux, Judith Butler, qui déclare sans rire : «désolée, mais je n’ai jamais entendu parler de Christopher Dummitt», et Pezet ajoute qu' »aucun de ces huit chercheurs ne connaît la production universitaire de Christopher Dummitt dans le domaine des études de genre. »

Etonnant, car quand on fait une petite recherche, on découvre que :

=> Judith Butler et Christophe Dummit sont tous deux cités dans un article scientifique intitulé  » Reflections on the Potential of Gender Theory for North American Pentecostal History  » et paru en 2014.

=> ils sont également cités tous deux dans un autre article scientifique (voir l’article) selon Google mais cet article étant payant nous n’avons pas pu le vérifier

=> ils figurent tous deux dans les références de deux livres différents sur les études de genre :

Dummit est même cité deux fois plus de fois (8 fois contre 4 pour Butler) dans l’extrait de 8 pages d’un autre livre sur les études de genre : « Making Men, Making History, Canadian Masculinities across Time and Place ».

Jacques Pezet ne semble pas croire lui-même à sa propre thèse, puisqu’il écrit dans son article :  » Dans son texte, Christopher Dummitt (que Quillette présente comme un «historien de la culture et de la politique») insiste sur le fait qu’il est diplômé d’une thèse en histoire du genre (qu’il a effectivement validée en 2004 et dont il a tiré un livre en 2007 : The Manly Modern: Masculinity in Postwar Canada). »

Et, ayant pris la peine d’interviewer Dummit, il conclut ainsi son article :  » En substance, comme il l’explique à CheckNews, Dummitt considère «que certaines parties du genre sont probablement construites socialement. Et d’autres aspects ne le sont probablement pas. Le problème, c’est que nous ne savons pas lesquelles. Et le domaine académique de l’histoire du genre, à l’heure actuelle, n’est pas organisé pour nous aider à trouver les bonnes réponses. Mon propos est de montrer comment certaines hypothèses idéologiques ont pris le pas sur le terrain d’une manière qui rend la recherche imparfaite.» « 

La fake news est donc celle de Jacques Pezet et de Libération, et non des autres médias mis en cause par Libération.

Voir les autres fake news de Libération.

Voir les autres fake news de Jacques Pezet.



Catégories :Inédit, Jacques Pezet, Libération

%d blogueurs aiment cette page :