Un maire contredit L’Express dans un rectificatif qui lui est accordé

23/02/2004  » C’est avec un grand intérêt que j’ai lu votre enquête sur la situation textile dans l’Aube (voir L’Express-édition régionale du 15 janvier). Intérêt mais stupeur également en découvrant que la ville de Romilly, dont j’ai l’honneur d’être le maire, serait «l’un des derniers bastions communistes du département». Il se trouve que j’ai justement mis fin, en 1989, à la tête d’une alliance républicaine, à quarante années de communisme à Romilly. Depuis trois mandats, je travaille pour effacer les séquelles d’une gestion dont nous payons encore très cher à présent les dérives. Aussi je vous remercie (…) d’indiquer à vos lecteurs que la ville de Romilly-sur-Seine est dirigée par un maire qui fut député socialiste et aujourd’hui membre du Parti radical de gauche. (…) J’ajoute qu’en titrant «Une entreprise chinoise à Romilly» on est loin d’une peinture réaliste, fût-elle exécutée à l’encre de Chine, de notre situation. Le groupe Yangtzekiang a racheté la marque Jil installée à Romilly et, au contraire, quitte notre ville avec la poignée de salariés restants pour s’installer dans l’agglomération troyenne. (…)
Michel Cartelet, maire de Romilly-sur-Seine.   » https://www.lexpress.fr/informations/rectificatif-textile-aubois_655118.html

L’article original était signé Frédéric Marais et n’avait toujours pas été corrigé le 28/10/2019 : https://www.lexpress.fr/informations/une-entreprise-chinoise-a-romilly_654744.html



Catégories :Frédéric Marais, L'Express

%d blogueurs aiment cette page :