Valeurs actuelles « oublie » à nouveau de citer ses sources, concernant Clément Viktorovitch cette fois

Nous indiquions le 27/9/2019 qu’en 2014 Valeurs actuelles, via son journaliste Geoffroy Lejeune, avait « oublié » de mentionner votre serviteur comme source du scoop qu’ils reprenaient à leur compte.

Il semble que ce genre de pratique de (très) mauvais journalisme (rappelons que ne pas citer sa source peut s’apparenter à du vol devant un tribunal) se perpétue, maintenant que Geoffroy Lejeune est devenu directeur de la rédaction (et son frère cadet rédacteur en chef).

Ainsi, Fake news France révélait la fake news dont Clément Viktorovitch s’est rendu coupable contre Nadine Morano la semaine dernière. Nadine Morano elle-même l’a fait savoir en relayant notre article sur son compte twitter, occasionnant un nombre important de vues pour notre site :

Zineb El Razaoui avait retweeté Nadine Morano, lui donnant une visibilité supplémentaire :

Je m’en faisais moi-même l’écho sur ma chaîne Youtube :

Difficile de méconnaître l’origine de ce scoop. Mais voilà, Valeurs actuelles n’a pas estimé utile de citer Fake News France (et donc de nous faire une publicité appréciable alors que nous nous lançons) dans son long article consacré, comme par hasard, à Clément Viktorovitch ce 22/10/2019 : https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/clement-viktorovitch-un-militant-grime-en-expert-112030

Voici l’extrait de l’article qui prouve le plagiat à peine voilé du nôtre :

« Faiseur de Fake News
C’est que Clément Viktorovitch fait preuve d’une précision d’entomologiste dans ses analyses. Il n’y a pas plus tard que vendredi, celui qui est désormais chroniqueur de l’émission Clique, animé sur Canal + par Mouloud Achour, se proposait de décrypter la rhétorique – xénophobe forcément – de Nadine Morano. Sous les regards bienveillants et les sourires entendus des personnes réunies sur le plateau, monsieur décryptage revient sur les propos tenus deux jours plus tôt par Nadine Morano au micro de Jean-Jacques Bourdin. Las, par manque de temps sûrement – sa chronique ne dure que 5 minutes – Clément Viktorovitch tronque la séquence. De sorte que l’on retient cette phrase de la députée européenne : « Je renverrai tous ceux qui sont en situation illégale et tous ceux qui grouillent dans notre pays… » et, aussi sec, la surenchère exclamative de Jean-Jacques Bourdin : « Tous les musulmans ! »
La coupe intervient à ce moment précis. De là, le chroniqueur déroule d’un air pontifiant : « Tous ceux qui grouillent dans notre pays. C’est une métaphore, le verbe  « grouiller « . Ça se dit surtout d’une masse d’animaux informe, indénombrable, et pas les animaux les plus sympathiques. Ce qui grouille généralement c’est les rats ou les cafards. Voilà donc dans le discours de Nadine Morano les immigrés qui se voient métaphoriquement déshumanisés. »
S’il en avait eu le temps, évidemment, Clément Viktorovich aurait relayé la séquence dans son intégralité et restitué les propos de Nadine Morano avec justesse. Ainsi, les personnes en « situation illégale » dans la bouche de la députée ne seraient pas devenues les « immigrés » dans celle du chroniqueur. De même que ce professionnel du langage devrait savoir que le verbe  « grouiller », dans son acception courante, renvoie à une masse indistincte qui remue, et non pas « surtout à une masse d’animaux. » En langage médiatique, usuellement, une telle présentation des faits est qualifiée de Fake News. Mais qui peut croire à une manœuvre idéologique de la part d’un enseignant-chercheur sans étiquette ? »

Peut-on légitimement dénoncer une mauvaise pratique journalistique tout en en produisant une soi-même ? L’auteur, un certain Victor-Isaac Anne, se targue sur son twitter de belles valeurs (comme « Valeurs » actuelles d’ailleurs) mais ne respecte pas le principe le plus basique de la déontologie journalistique…

Qu’il se réjouisse : il vient de rejoindre notre base de données infamante des personnes publiques ayant commis une ou plusieurs fake news dans de grands médias. Et, autre cadeau, je vais m’occuper de son patron, Geoffroy Lejeune, en suivant de près ses interventions dans les médias, et en relevant la moindre de ses fake news désormais.

Et vous aussi lecteurs, si vous découvrez des scoops dont la source a été occultée, d’où a découlé un plagiat (ou non), n’hésitez pas à nous les envoyer à fakenewsfrance@protonmail.com

Mise à jour 24/10/2019

Voici mon échange avec l’auteur de l’article qui reconnaît son erreur :



Catégories :Geoffroy Lejeune, Inédit, Maljournalisme, Plagiat, Valeurs actuelles, Victor-Isaac Anne

1 réponse

Rétroliens

  1. Les gens ne brûlent rien en Ardèche ? Fake news de Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles – Fake News France
%d blogueurs aiment cette page :