Thomas Guénolé, chroniqueur chez RMC, licencié après avoir critiqué la BRI

« Le 17 novembre dernier sur RMC, Thomas Guénolé semblait sûr de lui. Dans sa chronique sur RMC, le politiste pointait du doigt les « accusations de dysfonctionnements [dans la sécurité du pays] qui s’accumulent dans la presse ». Lundi 23 novembre, le chroniqueur s’est vu refuser l’accès au plateau de la matinale de Jean-Jacques Bourdin, à laquelle il contribue depuis mars. Selon le chercheur, le soir des attentats du 13 novembre et de l’assaut du Bataclan, « les brigades d’intervention manquaient gravement d’hommes et de moyens » (trois hommes seulement de la BRI auraient été de garde, selon sa chronique, obligeant des policiers de la BAC à intervenir) et « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ».
Des accusations lourdes et qui, si elles étaient avérées, devraient obliger « les responsables et les chefs », dont Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, à démissionner, comme le conclut Thomas Guénolé.
Sauf que cette chronique, dont les informations utilisées par le chroniqueur ont été tirées, notamment,  d’un article du média La Lettre A, et son manque de sources ont à la fois énervé le ministère de l’Intérieur et RMC. Résultat, voici le chroniqueur licencié par la radio, qui l’employait depuis mars dernier. » https://www.telerama.fr/radio/attentats-du-13-novembre-thomas-guenole-chroniqueur-chez-rmc-licencie-apres-avoir-critique-la-bri,134665.php

Publicités


Catégories :Jean-Jacques Bourdin, RMC, Thomas Guénolé

%d blogueurs aiment cette page :