Thierry Ardisson manipule une séquence de Jean-Hughes Anglade et lui fait dire autre chose

Psychologies : Vous pensez à ce viol que vous avez évoqué l’année dernière dans l’émission de Thierry Ardisson ‘Tout le monde en parle’ sur France 2 ?

Jean-Hughes Anglade : Oui. C’est mon inconscient qui a décidé : « Tu vas dire cette chose-là, cette chose que tu as en toi depuis trente ans, tellement cachée que tu ne l’as dite à personne, même pas à tes parents. »

P : Mais pourquoi le dire à la télévision ?

J-H A : C’est sorti comme ça. Mais je vais vous raconter exactement comment cela s’est passé. Parce que la phrase qui a déclenché cette révélation a été coupée au montage. Ce que l’on entend, c’est : Thierry Ardisson me demandant : « Etes-vous homo ? », et moi répondant : « Non. J’ai été violé à 13 ans par un pédophile. » Ce qui donne l’impression que je suis homophobe. J’ai d’ailleurs reçu des lettres d’homosexuels très choqués et ils avaient raison. En réalité, j’ai répondu ‘non’ à la question : « Etes-vous homo? » La question suivante était : « Etes-vous sodo ? » Comme je ne comprenais pas bien, Laurent Baffie a alors précisé : « En d’autres termes, est-ce qu’on t’a déjà mis un tournevis dans le cul ? »

P : Il a dit ça ? C’est incroyable !

J-H A : Oui, il l’a dit. Comme ça. Et aussitôt, je me suis senti martyrisé. J’ai répondu : « Non, mais je me suis fait violer à l’âge de 13 ans par un pédophile. » Psychologies magazine, septembre 2002, p.16



Catégories :France 2, Laurent Baffie, Pédophilie, Thierry Ardisson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :